La pyrale des buis est de retour

La pyrale des buis est de retour…
Des chenilles de Pyrale des buis ont été repérées sur des buis de Filain le 29 avril 2022.

Chenille de Pyrale du buis – Filain 29 avril 2022

Vos buis jaunissent et les feuilles sont grignotées ?
Au printemps et durant l’été, ces symptômes, associés à la présence de petites chenilles vertes et à des toiles tissées dans le feuillage indiquent la présence de la pyrale du buis.
La pyrale du buis est un papillon nocturne qui pond sur les feuilles de l’arbuste. Les chenilles qui s’y développent ensuite dévorent les feuilles.
Très rapidement, un buis de taille respectable peut être desséché !
Une fois la chenille décelée, il faut agir rapidement.


Cette chenille ravageuse des buis s’est tristement illustrée ces dernières années en séchant de nombreux buis sur la commune et bien au-delà.
Si vous possédez encore des buis rescapés de la dernière attaque, il convient de vérifier si ils sont infestés et de procéder à un traitement le plus tôt possible.
Ce serait dommage de couper vos buis car la Nature est bien faite et on a vu de nombreux buis naturels non traités repartir de souche après avoir été complètement desséchés.
Cependant, sans traitement, on risque de disséminer un peu plus l’attaque de ce papillon et de mettre en danger ce superbe arbuste.
Le traitement curatif consiste à pulvériser du Bacillus thuringiensis sur les buis dès l’apparition des chenilles. Traiter en pulvérisant le soir de préférence car cette bactérie est sensible au soleil. Le produit est d’autant plus efficace si il est appliqué lorsque les chenilles sont jeunes (moins de 3 cm).
Le Bacillus est une bactérie qui produit une toxine mortelle par ingestion pour les chenilles qui cessent de s’alimenter. Rapidement, les chenilles intoxiquées se dessèchent et meurent. Il faut refaire un traitement si on constate l’apparition de nouvelles chenilles et surveiller ses buis régulièrement.
En prévention, on peut tenter de capturer les papillons de la Pyrale des buis. Ces papillons de nuit se capturent à l’aide de pièges contenant des phéromones sensés les attirer, mais j’en ai déjà fait l’essai, outre le coût non négligeable de ce dispositif, le résultat n’est pas probant. Le traitement curatif par contre est très efficace.
La pyrale du buis est originaire d’Asie. Introduite accidentellement en France en 2008, elle a depuis colonisé une grande partie du territoire français profitant de l’absence de parasites et prédateurs.
Cependant, il semblerait que les chauves-souris peuvent aider à la régulation du nombre de papillons de la pyrale du buis. Les oiseaux également (moineaux et mésanges) peuvent participer à la régulation du nombre de chenilles.
La Nature finira peut-être par apporter une solution pour réparer les inconséquences des humains, mais en attendant, la façon la plus efficace de lutter contre la propagation de ce papillon (et surtout de sa chenille) reste sa destruction.

Jean-Noël Latroyes
http://www.filain-nature.fr

Observer, connaître, protéger la Nature …