Merisier

Prunus avium Linné

Prunus avium L. = Cerasus avium (L.) Mœnch

Merisier, Guigne, Bigarreau, Cerisier des bois, Guignier sauvage

Anglais : Gean, Wild Cherry, Sweet Cherry

Allemand : Vogelkirsche, Süsskirsche, Kirschbaum, Wildkirsche, Waldkirsche

du latin prunus : nom de ces arbres, et avis : oiseau (fruits consommés et disséminés par les oiseaux).

Arbre merisier Prunus avium photographie Jean-Noël Latroyes Filain Haute-Saône www.filain-nature.fr

CARACTÈRES BIOLOGIQUES

– arbre de 15-25 m selon les milieux ; méso à macrophanérophyte ; caducifoliée ;

– longévité : environ 100 ans ;

– hermaphrodite ; floraison : avril à mai, avant la feuillaison ; pollinisée par les insectes ; dispersée par les animaux ;

postpionnière.

Tronc arbre merisier Prunus avium photographie Jean-Noël Latroyes Filain Haute-Saône www.filain-nature.fr

CARACTÈRES DIAGNOSTIQUES

– houppier pyramidal peu dense ;

– tronc droit ;

– écorce brun-rouge restant lisse et s’exfoliant en lanières horizontales ;

– présence de rameaux courts et de rameaux longs ;

Feuillage arbre merisier Prunus avium photographie Jean-Noël Latroyes Filain Haute-Saône www.filain-nature.fr

1 – jeunes rameaux brun-rouge, brillants ;

2 – bourgeons ovales, aigus ou globuleux, brun-rouge, glabres, par 2-5 à l’extrémité des rameaux ;

3 – feuilles alternes, glabres, molles, pendantes, grandes, dentées, pétiolées avec 2 glandes rouges sur le pétiole, à la base du limbe ;

Feuillage automne arbre merisier Prunus avium photographie Jean-Noël Latroyes Filain Haute-Saône www.filain-nature.fr

4 – fleurs régulières, blanches, groupées en bouquets latéraux ;

5 – petites cerises (merises) longuement pédonculées, rouges puis noires à maturité.

Merises arbre merisier Prunus avium photographie Jean-Noël Latroyes Filain Haute-Saône www.filain-nature.fr

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE

– commune et disséminée en plaine et basse montagne ; rare à très rare en région méditerranéenne ;

– jusqu’à 1 700 m : de l’étage collinéen à l’étage montagnard où elle devient rare (surtout localisée dans les accrus) ;

eurasiatique à tendance subatlantique.

DONNÉES AUTÉCOLOGIQUES

– espèce de demi-ombre ;

– humus : mull carbonate à mull acide ; sols riches en bases ; pH basique à légèrement acide ;

– matériaux (purs ou caillouteux) : argiles, limons ;

– optimum sur sol profond, à bonne rétention en eau : espèce mésophile craignant l’hydromorphie ;

– caractère indicateur : neutrocline à amplitude moyenne.

BIOTOPES, FORMATIONS VÉGÉTALES, PHYTOSOCIOLOGIE

– haies, bois ;

– essentiellement dans les forêts collinéennes (Carpinîon betuli) et de l’étage montagnard inférieur (Fagion sylvaticae) ;

– se rencontre aussi dans les forêts ripicoles (Alno-Padion).

USAGES, PROPRIÉTÉS

– merises comestibles, mais arrières, utilisées en distillerie (fabrication de kirsch) ;

– queues de merises diurétiques ;

– bois très recherché, aux cernes soulignés par une concentration des vaisseaux au début de l’accroissement ; duramen distinct jaune rosâtre (sol argileux) ou brun rosâtre (sol calcaire), aubier blanchâtre ; densité moyenne à forte ; bois facile à travailler, qui se polit et se courbe bien ;

– utilisations : ébénisterie, tranchage ou sciage pour meubles et sièges de style, décoration intérieure, articles de bureau et de dessin, tournerie, marqueterie, lutherie ; par action de la vapeur, le bois prend une coloration brun-rouge le faisant ressembler à l’acajou ;

– autrefois utilisé pour la fabrication de rampes d’escaliers, bobines pour soieries, bois de brosse, fourneaux de pipes, tiges de faibles dimensions, cercles de tonneaux, montants d’échelles, merrains pour alcools blancs ;

– l’écorce contient beaucoup de tanin ;

– combustible médiocre ;

– utilisée comme porte-greffe pour arbres fruitiers.

Source: Flore forestière française, guide écologique illustré. Tome 1 (plaines et collines) J-C Rameau, D. Mansion, G. Dumé. Institut pour le développement forestier. Avril 1999, pages 536 et 537.