Pommier sauvage

Malus communis Linné

Famille des ROSACÉES

MALUS

Malus sylvestris Mill. = M. acerba Mérat = Pyrus malus L = P. sylvestris Cray

Pommier sauvage, Boquettier, Paradis

Anglais : Wild Crab, European Wild Apple

Allemand : Wilder Apfelbaum, Holzapfel

malus : nom latin de ces arbres.

Arbre Pommier sauvage Malus communis Linné Filain Haute-Saône Photographie Jean-Noël Latroyes www.filain-nature.fr

CARACTÈRES BIOLOGIQUES

– arbuste ou petit arbre de 6-10 m : micro- à mésophanérophyte ; caducifoliée ;

– longévité : 70-100 ans ;

– hermaphrodite ; floraison : avril à mai ; pollinisée par les insectes.

Arbre Pommier sauvage Malus communis Linné Filain Haute-Saône Photographie Jean-Noël Latroyes www.filain-nature.fr

CARACTÈRES DIAGNOSTIQUES

– tronc court, flexueux, plus ou moins cannelé, à écorce brun-gris, en plaquettes écailleuses ;

1 – rameaux épineux : les longs, brun-rouge, les courts avec des cicatrices foliaires annulaires ;

2 – bourgeons petits, pubescents, appliqués contre le rameau ;

Pommes Arbre Pommier sauvage Malus communis Linné Filain Haute-Saône Photographie Jean-Noël Latroyes www.filain-nature.fr

3 – feuilles alternes à court pétiole, tomenteuses jeunes, puis glabres ; limbe ovale aigu, denticulé, à 3 ou 4 paires de nervures ;

4 – bouquets de 4-8 fleurs ;

5 – fleurs régulières, blanches lavées de rosé, grandes (3-4 cm de diamètre), à étamines jaunes ;

6 – petites pommes jaune verdâtre (3-4 cm de diamètre), à saveur acerbe.

Nota. Le Pommier cultivé (Malus domestica Borkh. = M. sylvestris subsp. mitis (Wallr.) Mansf.) se rencontre parfois à l’état spontané (rameaux inermes et feuilles restant tomenteuses).

Arbre Pommier sauvage Malus communis Linné Filain Haute-Saône Photographie Jean-Noël Latroyes www.filain-nature.fr

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE

– assez commune, disséminée ; rare en région méditerranéenne ;

– jusqu’à 1300 m : de l’étage collinéen à l’étage montagnard ;

eurasiatique (à affinités subméditerranéennes).

DONNÉES AUTÉCOLOGIQUES

– espèce héliophile ou sciatolérante ;

– humus : mull carbonate à mull acide, plus rarement moder (optimum : muII eutrophe) ; sols riches en bases ; pH très variable ;

– matériaux (purs ou caillouteux) : argiles, limons, alluvions ;

– espèce mésophile ;

– caractère indicateur : espèce à très large amplitude.

BIOTOPES, FORMATIONS VÉGÉTALES, PHYTOSOCIOLOGIE

– bois clairs, friches, haies ;

– forêts ripicoles (Alno-Padion), hêtraies-chênaies, chênaies (Carpinion betuli) ; fruticées (Prunetalia spinosae) ; plus rarement forêts acidiphiles (Quercion robori-petraeae).

USAGES, PROPRIÉTÉS

– plante mellifère ;

– écorce tonique, astringente et fébrifuge ; feuilles diurétiques ;

– bois ressemblant beaucoup à celui du Poirier, mais avec un duramen brun clair à brun-rouge, distinct de l’aubier blanc rougeâtre, semblant toutefois moins apprécié que celui du Poirier (il travaille et se fendille plus) ;

– utilisations : sculpture, tournerie, manches d’outils, articles de bureau, petite ébénisterie ; bois utilisé pour imiter l’ébène par teinture ;

– bon combustible, rayonnant beaucoup de chaleur ;

– utilisée comme porte-greffe d’arbres fruitiers.