Les faucons, les choucas et la petite chouette du château …

Faucon crécerelle – Falco tinnunculus – 31 mars 2023 – 10 h 30 – Photographie Jean-Noël Latroyes – Filain – Haute-Saône - Canon EOS 5D Mark IV – F/7 – 1/8000e de seconde à main levée – focale de 600 mm – ISO 1600 – Mode TV
Faucon crécerelle – Falco tinnunculus – 31 mars 2023 – 10 h 30 – Photographie Jean-Noël Latroyes – Filain – Haute-Saône – Canon EOS 5D Mark IV – F/7 – 1/8000e de seconde à main levée – focale de 600 mm – ISO 1600 – Mode TV

Année 2022 :

Depuis la parution le 24 mars 2022, d’un article consacré aux faucons crécerelles et aux choucas des tours, « résidents du château de Filain », un an déjà s’est écoulé. Vous avez formulé de nombreuses remarques et observations sur cet article, soulignant ainsi le vif intérêt porté à ce sujet.

Choucas des tours – Coloeus monedula – en vol au-dessus du château – 
Photographie Jean-Noël Latroyes
Choucas des tours – Coloeus monedula – en vol au-dessus du château –
Photographie Jean-Noël Latroyes

Rappelons-nous qu’une sorte d’équilibre naturel s’était mis en place entre les rapaces et les corvidés au fil des années. Les faucons crécerelles gardaient la main mise sur le contrôle de « l’espace aérien » et les choucas des tours locaux prospéraient en maintenant un effectif stable d’une vingtaine d’individus.

Il y avait bien quelques petits désagréments pour les choucas à supporter les facéties des rapaces, mais la prospérité de la colonie des corvidés démontrait que rien n’était insurmontable …

La population de crécerelles sédentaires installés au château et dans quelques édifices du village apparaissait également stable (avec une présence permanente d’une dizaine d’individus).

Début février 2023 :

Un événement d’importance intervient avec l’apparition d’une troisième espèce d’oiseau appréciant également les facilités offertes par les pierres séculaires du château. Un couple de chevêches d’Athéna s’y installent et trahissent assez vite leur présence en répandant jour et nuit leurs doux chants audibles dans presque tout le village.

Au crépuscule, leurs miaulements stridents et réguliers sont très reconnaissables et c’est toujours un grand plaisir de les observer. Nous prenons vite l’habitude de les écouter.

Courant mars 2023 :

Avec la Nuit de la chouette 2023, organisée dans la commune limitrophe de Dampierre-sur-Linotte le 11 mars 2023, les organisateurs locaux en « charge de trouver les vedettes de la fête » nous confient leur crainte de ne pas pouvoir présenter des chouettes à cette soirée-là, ce qui serait quand même un comble.

Nous partons donc une nouvelle fois en prospection sur Filain pour pouvoir offrir une solution de rechange au cas où les chouettes de Dampierre joueraient les divas le 11 mars prochain.

Avec la découverte d’un deuxième couple de chevêches chez un particulier du village (observation Julien et Sandra Peyrot), les choses semblent bien se passer pour les chevêches à Filain.

L’année passée déjà, nous avions d’ailleurs eu jusqu’à cinq couples de chevêches dans le village et tout le monde s’était un peu habitué à leurs douces prestations …

Mi-mars 2023 :

C’est presque devenu un rituel d’aller observer les chouettes, surtout le matin, depuis la rue, sans parler, le plus loin possible, pour ne pas les déranger. Quelques belles photos sont réalisées avec un puissant téléobjectif, pour les mêmes raisons, ainsi que quelques vidéos 4K.

Fin mars 2023 :

Dans la dernière semaine de mars 2023, de nouveaux faucons crécerelles, de retour de migration, sans doute attirés par les bonnes conditions offertes par notre village, viennent y rejoindre les quelques sédentaires déjà présents. Les effectifs de faucons grossissent rapidement et atteignent une vingtaine d’individus.

Il doit y en avoir bien plus, car à certaines heures de la matinée, en plus du ballet aérien des adultes au-dessus du village, on peut compter encore de nombreux jeunes sur les rebords des meurtrières et autres lucarnes.

Les séances d’entraînement aux différents vols des rapaces sont très soutenues et les jeunes acquièrent vite des bonnes bases pour tenir leur place dans leur environnement.

Faucon crécerelle – Falco tinnunculus – 03 mars 2023 – 10 h 30 – Photographie Jean-Noël Latroyes – Filain – Haute-Saône –

Cependant, la modification très rapide des conditions de cohabitation de tous ces oiseaux conduit en quelques jours à une « occultation » des petits chouettes qui voient inévitablement tous leurs perchoirs occupés et passent leur temps et leur énergie à se dissimuler de ces envahisseurs.

Leur faculté de pouvoir chasser aussi bien le jour que la nuit permettra-t-elle aux chevêches de se maintenir ? Mais avec une expansion aussi rapide des faucons (sauf éléments imprévisibles), on peut craindre qu’elles aient déjà cédé la place.

De la place, il y en a pourtant encore beaucoup au village. D’ailleurs, début avril, un nouveau chanteur a été repéré dans l’ancien moulin de château, à quelques centaines de mètres.

Faucon crécerelle

L’effectif des faucons crécerelles qui a beaucoup progressé depuis deux années atteint (et dépasse probablement) une vingtaine d’individus en avril 2023. Sauf élément nouveau, la dynamique démographie de cette espèce va se poursuivre, si on y ajoute les futures nichées ou celles en cours.

Le déséquilibre qui en résulte pourrait-il remettre en cause la survie d’autres espèces ?

Quelques espèces locales (établies à Filain en particulier) ne risquent t’elles pas alors de payer le prix fort de ce déséquilibre ? Cela va du petit passereau (moineau domestique), en passant par les verdiers, jusqu’à la tourterelle turque (dont on constate une forte diminution depuis l’hiver 2022-23 dans la commune même de Filain.

La tourterelle turque va t-elle a son tour régresser dans nos campagnes, alors qu’elle était si commune il y a peu encore ?
Faucon crécerelle en vol – Falco tinnunculus – Avril 2022
Photographie Jean-Noël Latroyes – Filain ( Haute-Saône
Faucon crécerelle en vol – Falco tinnunculus – Avril 2022
Photographie Jean-Noël Latroyes – Filain ( Haute-Saône

Selon les derniers comptages de janvier 2023, les moineaux domestiques apparaissant comme si courants ces dernières années, régresseraient eux-aussi, malgré la présence de quelques grosses stations mêlant domestiques et friquets.

Rappelons que le faucon crécerelle, le choucas des tours et la chevêche d’Athéna (ainsi que toutes les espèces de chouettes et de hiboux) sont protégés par un statut national.

Choucas des tours – Coloeus monedula – au sommet d’une girouette placée au faîte du château – Photographie Jean-Noël Latroyes
Choucas des tours – Coloeus monedula – au sommet d’une cheminée –
Photographie Jean-Noël Latroyes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s