Bientôt le printemps …

Aujourd’hui, je me rends à Fontenois-lès-Montbozon à la découverte des prémices du printemps.

Il existe à cet endroit un petit bois merveilleux bien connu pour son abondance de jonquilles. C’est un peu le rendez-vous pré-printanier des connaisseurs locaux en mal de couleurs après le terne hiver…

Vers le chemin, un pinson des arbres picore seul dans l’herbe et attire mon attention. Je n’ai pas encore préparé mon matériel photo, mais il me laisse cadrer tranquillement avant de s’enfuir vers les buissons protecteurs avoisinants.

Parvenu au bois, quelques pieds d’hellébore prospèrent à quelques mètres du sentier. Il est vrai qu’avec la couleur vert-tendre de cette plante (toxique par ailleurs), je ne risque pas de la louper. Celle-ci réapparaît dès début février, avant toutes les autres.

On entend déjà dans le bois les chants des moineaux qui se répondent avec énergie. Profitant de l’absence de végétation hivernale, je photographie un moineau domestique mâle au repos .

Sur le côté du sentier poussent des lamiers pourpres et des corydales de couleur rose. Elles aussi sont des pionnières de la belle saison qui se rapproche. Bien-sûr, je ne tarde pas à apercevoir les jonquilles, reines du bois. Il y a en a des milliers, même si cette année « elles ne sont pas en avance » et la plupart encore en bouton. Des arums (ou gouets) pointent également leurs feuillage tendres et encore enroulés.

Au hasard, je fouille précautionneusement dans la litière d’humus et y trouve deux coquilles d’escargots, dont l’une m’est familière : Cochlostoma septemspirale. L’autre coquille de couleur brun-rouge ne me dit rien et il faudra que je fasse des recherches pour l’identifier. Dans ce type d’observation, il faut bien prendre garde à remettre en place les éléments examinés pour préserver l’intégrité du milieu (écorces, pierres, souches).

Une mouche à moitié endormie se réveille et vient poser pour moi sur une souche voisine.

Le bois est délimité par deux rivières, la Filaine et la Linotte qui confluent à cet endroit pour former une rivière plus conséquente à partir de Sorans-les-Cordiers. En longeant la Linotte, un petit oiseau brun marchant très vite se laisse assez bien photographier. C’est un Troglodyte mignon, l’un de nos plus petits oiseaux et il est vraiment craquant avec sa petite queue relevée.

Sans plus le déranger, je poursuis le long de la rive et parviens au carrefour de rivières assez rapidement. Je remonte ensuite le long de la rive de la Filaine, en rive gauche, et tombe nez à nez (ou presque) sur une famille de ragondins qui prend le soleil, affalés sur l’herbe. Tout ce joli monde rejoint la rivière avec des grands bruits de mise à l’eau et j’en profite pour les photographier.

Je cueille un bouquet de jonquilles (un seul pas plus et sans arracher d’oignons !) et sur le chemin du retour, j’aperçois encore un Citron, superbe papillon jaune, toujours en avance lui aussi dans la saison, ainsi qu’un Robert-le-Diable, autre papillon brun apparaissant très tôt également.

Pas mal pour une petite balade à quelques kilomètres de chez moi, mais il faudra patienter encore quelques semaines pour un franc réveil de la Nature …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s