Stratégies de survie dans le monde animal

Première partie

Dans un environnement souvent hostile, les animaux ont développé au fil du temps toutes sortes de stratégies évoluées pour survivre. Des adaptations comportementales et morphologiques se sont mises en place progressivement pour contrer de multiples types d’agressions. A force d’évolutions, seuls les êtres vivants les plus adaptés sont parvenus jusqu’à nous en subissant les transformations nécessaires. Des taches trompeuses ou des rayures déroutantes, des couleurs étonnantes ou des formes moins voyantes et des comportements inattendus leur ont permis de se dissimuler et d’échapper aux prédateurs…

Dans nos régions, nous sommes loin des exemples spectaculaires de dissimulation, comme ceux fournis par le caméléon et autres animaux exotiques, passés maîtres dans l’art du camouflage.

Mais, à y regarder d’un peu plus près, on relève quand même quelques exemples intéressants mis en place par notre faune locale, témoins d’une lutte incessante pour survivre …

Papillon du Genre Eupithecia

Parmi les stratégies de survie, la dissimulation et la dissuasion sont les plus utilisées et restent toutes deux très efficaces pour se prémunir de la prédation. Ces deux approches peuvent d’ailleurs être complémentaires chez certains animaux.

Ce modeste article n’a aucune prétention scientifique, ma démarche restant plutôt admirative devant tant d’ingéniosité et de volonté déployées par les animaux pour tenter de continuer à vivre tout simplement…

La dissimulation.

Quoi de plus naturel que se cacher quand on est menacé, pour essayer d’échapper à son assaillant. Selon sa taille, on pourra se dissimuler derrière un rocher, un tronc d’arbre, une feuille ou même une brindille. Cette stratégie, associée à l’immobilisme, fonctionne souvent. Il suffira de sortir de sa cachette quand le danger sera passé, pour reprendre son activité. Le problème, devant la diversité des situations possibles, sera de trouver celle qui convient le mieux à chaque espèce.

Hétéroptères (punaises) :

Pour augmenter leurs chances de dissimulation, certaines espèces jouent sur la couleur en se «fondant» dans le décor qui les entoure. Ainsi, ces punaises de couleur verte, passent inaperçues sur une feuille d’ortie (Urtica dioica).

Punaises vertes – Filain (Haute-Saône) – Juillet 2010

Photographie Jean-Noël Latroyes

Orthoptères (sauterelles) :

Une sauterelle profite de bons moments, dissimulée dans un univers végétal de la même couleur qu’elle. Dans ces tons «vert sur vert», on peut penser au hasard, mais en y regardant de près, on remarquera que les ailes membraneuses de la sauterelle imitent l’aspect d’un brin d’herbe et ajoutent du réalisme à la dissimulation. L’extrémité des pattes également est violacé, comme les quelques touches violettes de l’entourage végétal où elle progresse.

Sauterelle Rospolia nitudila Scopoli – Filain (Haute-Saône) – Mai 2020 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Sauterelle Rospolia nitudila Scopoli – Filain (Haute-Saône)
Mai 2020 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Cette autre sauterelle tire avantage également d’un «vert sur vert» mais la deuxième couleur violacée est encore plus nette sur son abdomen et renforce l’illusion. Dans cet exemple, on est loin du hasard avec la concordance de ces deux couleurs. Il pourrait s’agir d’un cas d’adaptation d’un animal capable d’opposer aux yeux du prédateur un camouflage évolué.

Grande sauterelle verte – Tettigonia viridissima Linné – Filain (Haute-Saône) – Août 2018 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Grande sauterelle verte – Tettigonia viridissima Linné – Filain (Haute-Saône)
Août 2018 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Le troisième exemple est comparable au précédent, avec deux couleurs concordantes, le vert et le brun.

Photo sauterelle verte et brune – Conocephalus dorsalis Latreille – Filain (Haute-Saône) – Août 2018 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Photo sauterelle verte et brune – Conocephalus dorsalis Latreille – Filain (Haute-Saône)
Août 2018 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Lépidoptères (papillons et chenilles) :

Ce papillon de nuit se confondant avec le support du mur sur lequel il fait une pause est assez intéressant et il faut être vraiment très attentif pour le distinguer. Malheureusement pour lui, les prédateurs utilisent également d’autres sens (odorat, ultra-sons, etc…)

Papillon de nuit - sur un mur - Filain (Haute-Saône) – juillet 2015 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Papillon de nuit sur un mur – Filain (Haute-Saône)
juillet 2007 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Ce papillon de jour, le Citron (Gonepteryx rhamni), utilise également la même tactique de dissimulation en s’immobilisant derrière une feuille de noisetier. Si je l’avais pas vu s’y cacher, il serait probablement passé inaperçu .

Papillon le Citron Gonepteryx rhamni Linné - sur noisetier - Filain (Haute-Saône) – mai 2022 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Papillon le Citron Gonepteryx rhamni Linné – sur noisetier
Filain (Haute-Saône) – mai 2022

Chenille immobile imitant une brindille. Je n’ai pas trouvé à quelle espèce de lépidoptère appartenait cette chenille (phalène?), mais cet exemple est saisissant.

Photo d'une chenille de Phalène s.p.
Photo d’une chenille de Phalène s.p.

Chenille-brindille

Chenille-brindille de papillon Horisme vitalbata – Vy-lès-Filain (Haute-Saône) – mai 2022 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Cette chenille du papillon Horisme vitalbata présente également des similitudes avec les brindilles sur lesquelles elle transite. Pas mal, pour éviter de se faire manger par un oiseau …

Arachnides (araignées) :

Araignée Tegenaria dans un décor qui la dissimule. Cette Tégénaire tapie dans la litière, même ralentie par le cocon sphérique contenant sa ponte, ne fera pas de cadeau à l’insecte qui s’aventurera vers elle …

Araignée Tegenaria silvestris Koch - - Filain (Haute-Saône) – mai 2010 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Araignée Tegenaria silvestris Koch – – Filain (Haute-Saône)
mai 2010 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Araignée Micrommata virescens, de la famille des Sparassidae. Le mâle et la femelle ont le gros avantage de posséder un céphalothorax et des pattes de couleur verte, ce qui est indéniablement un avantage pour chasser dans le milieu végétal.

Araignée mâle Micrommata virescens Clerck - Filain (Haute-Saône)mai 2007 Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Araignée mâle Micrommata virescens Clerck – Filain (Haute-Saône)
mai 2007 Photographie Jean-Noël Latroyes
Araignée femelle Micrommata virescens Clerck - Filain (Haute-Saône)
mai 2007 Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Araignée femelle Micrommata virescens Clerck – Filain (Haute-Saône)
mai 2007 Photographie Jean-Noël Latroyes

Mais il y a mieux encore !

La femelle, chez plusieurs genres de la famille des Thomisidae, est capable de modifier sa couleur en fonction de son environnement. Elle peut adapter sa couleur à celle de la fleur sur laquelle elle guette sa proie, en allant ainsi du jaune au blanc, en passant par le vert !

En haut à gauche : la thomise enflée, Thomisus onustus (dans sa belle robe rouge et blanche avec les pattes assorties).

Araignées à l’abdomen jaune sur la marguerite : Misumena vatia

En bas à droite : Ebrechtella tricuspidata (anciennement Misumenops tricuspidata), avec les pattes vertes.

Cette araignée-crabe, doit son nom à sa posture, qui fait penser à un crabe.

juin 2016 – Photographies Jean-Noël Latroyes – Filain (Haute-Saône)

La dissimulation est efficace mais elle ne constitue cependant pas une barrière parfaite à la prédation… Ainsi, les animaux ont vite compris à leurs dépens qu’il était préférable d’augmenter leurs chances d’échapper aux prédateurs en diversifiant les méthodes.

La dissuasion.

Cette autre méthode utilise des signaux de couleurs ou des formes dissuasives pour repousser les prédateurs. Ainsi, par exemple, les couleurs aposématiques de la guêpe (rayures jaunes et noires), sont repoussantes pour de nombreux prédateurs qui ont acquis la dangerosité de ces signaux visuels colorés.

Couleurs aposématiques (jaune et noir) du Frelon Vespa crabro Linné - Filain (Haute-Saône) juin 2021 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Couleurs aposématiques (jaune et noir) du Frelon Vespa crabro Linné – Filain (Haute-Saône) juin 2021 – Photographie Jean-Noël Latroyes

En fait, ce signal aposématique indique clairement aux prédateurs éventuels que l’animal qui l’affiche ne cherche pas à se cacher et représente pour eux un danger. On trouve de nombreux exemples aposématiques non bluffants chez les hyménoptères (abeille guêpes, frelons) car les piqûres qu’ils peuvent infliger sont de réels dangers.

Si le danger peut être réel (dans le cas des hyménoptères), pour profiter également d’une protection, certains animaux se contentent de bluffer leurs ennemis en imitant les couleurs aposématiques, sans leur faire courir un réel danger.

Ainsi, beaucoup d’animaux (comme les Syrphes, dont les représentants ne sont pas des hyménoptères, mais des diptères inoffensifs), affichent des signaux aposématiques bluffants dans le seul but de se protéger, n’ayant pas la capacité réelle de se défendre …

Cette Syrphe inoffensive, Episyrphus baltheatus Degger, difficile à distinguer d’une guêpe, imite un hyménoptère réputé dangereux …

Syrphe Episyrphus baltheatus Degger - Filain (Haute-Saône)
août 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Syrphe Episyrphus baltheatus Degger – Filain (Haute-Saône)
août 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes

De même pour cette Syrphe, Helophilus pendulus Linné

Syrphe Helophilus pendulus Linné - Filain (Haute-Saône) – juin 2019 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Syrphe Helophilus pendulus Linné – Filain (Haute-Saône)
juin 2019 – Photographie Jean-Noël Latroyes

et cette autre Syrphe Chrysotoxum cautum Harris

Syrphe Chrysotoxum cautum Harris
Syrphe Chrysotoxum cautum Harris

La Sésie du groseiller, Synanthedon tipuliformis, petit papillon hétérocère diurne inoffensif, augmente sans doute ses chances de survie en arborant le «jaune et noir» qui a si mauvaise réputation.

Papillon Sésie Synanthedon tipuliformis Clerck sur groseiller - Filain (Haute-Saône) – juin 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Papillon Sésie Synanthedon tipuliformis Clerck sur groseiller – Filain (Haute-Saône)
juin 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Au-delà de l’association répulsive jaune et noire, on constate qu’arborer une couleur vive dans le monde animal, attire évidemment l’attention. Cela peut être choisi (cas des démarches nuptiales), mais peut aussi signifier une mise en garde de dangerosité.

Ainsi, les gendarmes Pyrrhocoris apterus Linné, très courants dans notre région, ont une capacité étonnante: ils produisent des poisons si toxiques qu’ils tuent les autres insectes par simple contact. Nécessaire pour se défendre contre les fourmis, la présence d’un si violent poison est affichée par la couleur rouge que leurs prédateurs éviteront …

Gendarme Pyrrhocoris apterus Linné - Filain (Haute-Saône) – Avril 2022 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Gendarme Pyrrhocoris apterus Linné – Filain (Haute-Saône)
Avril 2022 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Le Paon du jour Inachis Io Linné adopte deux stratégies, celle de la discrétion, avec une couleur terne qui se fond dans le décor quand il a les ailes refermées. Mais il joue aussi la carte de la dissuasion en arborant d’éclatantes couleurs une fois déplié. Deux paires d’yeux à l’extrémité de ses ailes indiquent alors à un prédateur (pas trop hardi), qu’il est vu et court conséquemment un danger potentiel.

Paon du jour ailes repliées
Paon du jour Inachis Io Linné - Filain (Haute-Saône) – juin 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes - www.filain-nature.fr
Paon du jour ailes dépliées

Paon du jour Inachis Io Linné – Filain (Haute-Saône) – juin 2017 – Photographie Jean-Noël Latroyes

De nombreux papillons sont ainsi «réversibles» pour jouer sur les deux stratégies et augmenter leurs chance de survie.

Le Robert-le-Diable possède des ailes de couleur brune aux extrémités dentelées, une fois repliées. Il exploite ces avantages pour passer inaperçu lorsqu’il se repose dans un environnement terne. Une fois dépliées, ses ailes sont alors très visibles et la vigilance redevient de mise …

Le Robert-le-Diable Polygonia-C-album Linné – Filain (Haute-Saône)

avril 2022 – Photographie Jean-Noël Latroyes

Les papillons qui paraissent très vulnérables avec leur couleurs vives et voyantes (teintes rouge-vif, orange, blanches et noires) ont souvent un goût déplaisant car leur corps renferme des substances chimiques toxiques. Ainsi les oiseaux apprennent vite que certaines couleurs sont à éviter …

J’ai fait le tour de mes exemples de stratégies employées par les animaux de notre région, mais le sujet est vaste et je compte sur votre participation pour étoffer une deuxième partie de ce fascinant aspect de la vie animale.

A bientôt sur le blog,

Jean-Noël

Merci à Bertrand Kurtzemann pour sa participation à l’identification des araignées de la famille des Thomisidae.

2 réflexions sur « Stratégies de survie dans le monde animal »

  1. Bonjour,
    Bravo pour votre travail de rédaction et de vulgarisation.
    Si je peux me permettre, voici quelques corrections sur la série de photos de Thomises :
    La 1ère, l’araignée blanche et rouge, est Tomisus onustus.
    La dernière, sur la feuille verte, est la Thomise à trois taches (Ebrechtella tricuspidata). J’en ai une photo sur une Orchidée de l’Homme pendu…le camouflage est bluffant !

    1. Bonjour Bertrand et merci pour ces précisions,
      Je viens de rectifier la fiche.
      J’apprécie énormément ce genre de remarque constructive.
      A bientôt,
      P.S. Si vous le désirez, vous pouvez me faire parvenir votre photo de la Thomise sur l’Orchidée, je pourrai la publier dans une deuxième partie.
      Jean-Noël

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s